Germaine, c'est moi, c'est vous peut-être. Il y a même une forte probabilité. Car les Germaine ne sont autres que ces femmes ordinaires (mais alors VRAIMENT ordinaires ! ), qui peuplent la planète.

Soyons clairs: il n'y aura jamais ici d'amertume, de jalousie ou de dépit. Je n'ai rien contre les top-models ou ceux et celles que Dame Nature a paré de toutes les grâces. Rien non plus contre les nantis, tant que leur fortune n'émane pas de l'esclavage ou de l'escroquerie. Et rien non plus contre ceux dont l'intelligence et la culture squattent en permanence le cerveau. Ces gens ont eu certes de la chance (surtout pour les "beaux"), mais aussi bien souvent du courage et de la volonté pour en arriver là où ils sont (on ne se marre pas tous les jours sur les bancs des grandes écoles ou à 5 heures du mat' pour aller bosser, même si les affaires sont florissantes). Voilà qui est dit, et tout le monde est le bienvenu ici.

Ma grand-mère adorée disait : "elle est de celles dont on ne dit rien" pour parler d'une personne ordinaire. Mais qu'est-ce qu'une personne ordinaire ? Est-elle une personne transparente ? Sans intérêt ? N'a t'on eu "que ce que l'on mérite" quand on est ordinaire ? A t'on les mêmes chances, voire les mêmes droits, dans la vie quotidienne ? Et vous, vous sentez-vous privilégié(e) ou ordinaire ? La dissertation risque d'être longue et animée (mais non moins palpitante!). J'attends votre point de vue. Germaine de France et de Navarre, à vos copies !